De  Fr  En  
Association CULTURA
Charte culturelle
Le message sur la culture au conseil des états
Message sur la culture
Pratiques culturelles
Jeux d'argents
Convention UNESCO
International

Résultats révélateurs d'une enquête fédérale

LES PRATIQUES CULTURELLES EN SUISSE

 

Ecouter des concerts, visiter des monuments, aller au cinéma sont les activités culturelles les plus fréquentes en Suisse. Environ deux tiers de la population pratiquent des activités culturelles. En général, ce sont les jeunes qui profitent le plus de l’offre, en particulier dans les secteurs cinéma et concert. Tels sont les résultats d’une enquête publiés par l’Office fédéral de la statistique (OFS) et l’Office fédéral de la culture (OFC).

 

Depuis 1988, l’OFS n’a plus entrepris d’étude nationale sur les pratiques culturelles. L’enquête représentative de 2008 auprès de la population âgée de plus de 15 ans comble donc une lacune. Un examen approfondi pour la musique donne des résultats détaillés pour ce secteur très apprécié : environ 9 personnes sur 10 écoutent de la musique, dont presque la moitié quotidiennement.

 

Le théâtre dans le gros du peloton

En 2008, deux tiers de la population suisse ont écouté des concerts de tous genres, visité des monuments, des sites historiques ou achéologiques ou sont allés au cinéma. Environ 40% à 50% des personnes ont visité des musées historiques, techniques, régionaux etc., d’autres spectacles (revues, cirque, son et lumière etc.), des expositions, galeries et musées d’art ou sont allés au théâtre. Environ un tiers de la population a fréquenté une bibliothèque (pour ses loisirs) alors que et des festivals, et un cinquième s’est rendu à la bibliothèque pour des raisons professionnelles ou de formation ou a assisté à des spectacles de ballet et de danse. Ces chiffres correspondent plus ou moins aux résultats internationaux. En général, la population n’a effectué qu’occasionnellement (1 à 6 fois par an) ces activités. Les bibilothèques sont une exception, elles ont été fréquentées régulièrement (7 fois ou plus), de même les cinémas.

 

Accès inégal à la culture

Les jeunes dominent clairement surtout dans les secteurs cinéma et festival alors que les personnes de 45 à 60 ans dominent dans les secteurs théâtre et monument. La part des femmes ne prédomine que dans peu d’activités culturelles, à savoir pour les spectacles de ballet et de danse et les visites des bibliothèques. Dans le secteur théâtre et concert, la part des étrangers est clairement plus grande que dans les autres secteurs. Dans tous les secteurs, le niveau de formation et le revenu du ménage influencent fortement les activités culturelles (pour les musées d’art et les galeries un taux de 16% de personnes de formation du degrès secondaire I et un taux de 62% de personnes d’un niveau de formation tertiaire). On peut également observer des différences ville-campagne : les activités culturelles se déroulent davantage en ville qu’à la campagne. En outre, il y a des différences entre les régions linguistiques : en Suisse alémanique, ce sont les musées historiques et techniques qui l’emportent, en Suisse romande les musées d’art et les galeries.

Environ 60% de la population aimeraient aller davantage au concert et à d’autres spectacles musicaux, 40% davantage au cinéma, et presqu’un tiers davantage au musée. Mais, 42% de la population aimeraient aussi aller plus souvent au théâtre. Les obstacles les plus cités sont le manque de temps et des conditions cadre de temps peu propices. Suivent les coûts, l’entourage familial et social et une offre culturelle limitée. Des facteurs personnels (fatigue, problèmes de santé etc.), l’absence de transports publics ou le manque d’informations sur l’offre sont également cités.

 

Débuter la sensibilisation tôt

La différence entre les personnes plus âgées et les jeunes tient à ce que ces derniers souhaitent plutôt se divertir que d’avoir une participation active. Mais, chez les personnes plus âgées, le divertissement est également important. Cela signifie qu’une politique culturelle doit prendre au sérieux les deux aspects de la consommation de la culture. Les diplômé(e)s universitaires qui pratiquent déjà le plus d’activités culturelles veulent les augmenter plus encore que les personnes d’autres degrés de formation. En matière de politique culturelle, cela indique que les écoles sont un partenaire primordial pour la promotion des intérêts culturels. Il est donc important que la sensibilisation à la culture et aux activités culturelles des élèves commence déjà au début de la scolarité obligatoire.

logo print